Soutien au commerce de proximité et crise sanitaire

Je me suis associé à la motion de soutien aux commerces locaux portée par l’ensemble des maires du Grand Narbonne, car nous devons être solidaires face à cette crise majeure, sanitaire et économique.

Certains maires ont fait le choix de prendre des arrêtés illégaux pour réouvrir les commerces fermés.

Je ne peux cautionner ce type de décision qui va à l’encontre des lois de notre République, et pourrait laisser penser aux françaises et aux français que le maire d’une commune peut s’affranchir des règles sanitaires qui s’imposent à tous.

Je m’associe toutefois pleinement à la démarche entreprise par L’ Association des Maires de l’Aude et l’Association des Maires de France pour demander au gouvernement le réexamen en urgence de la notion de commerces de première nécessité.

Certains commerces comme les librairies ou les salons de coiffure pourraient relever des services de première nécessité.

Le commerce de centre-ville déjà fragilisé par le premier confinement est animé par des entreprises qui n’ont pas la capacité de résister à une chute brutale et persistante de leur activité.

Nos commerçants ne comprennent pas que des activités identiques aux leurs puissent être autorisées pour des entreprises de la grande distribution ou de la vente à distance.

Il faut absolument que ce déséquilibre de concurrence puisse être gommé, dès lors que les conditions de sécurité sanitaire permettent de préserver la santé des commerçants, de leurs salariés et de leurs clients.

J’ai par ailleurs signé la pétition pour la réouverture des librairies, convaincu de la nécessité de permettre à chacun de pouvoir avoir accès à la culture dans cette période si difficile pour notre société.